Un tourbillon de folie douce

Titre: En attendant Bojangles

Auteur: Olivier Bourdeaut

Edition: Finitude – Parution 7/01/2016
ISBN / EAN : 9782363390639

4eme de couverture

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr Bojangles » de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Chez eux, il n’y a de place que pour le plaisir, la fantaisie et les amis.

Celle qui donne le ton, qui mène le bal, c’est la mère, feu follet imprévisible et extravagant. C’est elle qui a adopté le quatrième membre de la famille, Mlle Superfétatoire, un grand oiseaux exotique qui déambule dans l’appartement. C’est elle qui n’a de cesse de les entraîner dans un tourbillon de poésie et de chimères.

Un jour pourtant, elle va trop loin. Et père et fils feront tout pour éviter l’inéluctable, pour que la fête continue, coûte que coûte.

L’amour fou n’a jamais si bien porté son nom.

****************************************


Ma lecture:

Elle est belle, sa mère, belle et pleine de vie. Ses yeux verts pétillants et sombres, parfois. Elle leur fait vivre une vie hors du commun, une fête tous les jours. Elle les entraîne dans un tourbillon de folie douce, une idée de la vie qui ne doit être qu’émerveillement et surprise. 

Et un jour, leur univers s’effondre. Ils feront tout pour que la fête continue.


J’ai aimé :


Un rythme endiablé, ponctué par les rimes. Des personnages haut en couleur (Mlle Superfétatoire est surprenante), sous le regard émerveillé d’un petit garçon. Entrecoupé par les carnets de son père, qui raconte la genèse de cette folle histoire d’amour. Un lien indestructible qui unis cet homme et cette femme. Olivier Bourdeaut nous fait danser sur un air un peu triste de Nina Simone mais avec une gaieté non feinte, leur hymne à l’amour. Suivez le lien: 

Une histoire de la folie traitée avec délicatesse.


Un extrait ou deux…:

« Elle avait réussi à donner un sens à ma vie en la transformant en un bordel perpétuel. Sa trajectoire était claire, elle avait mille directions, des millions d’horizons, mon rôle consistait à faire suivre l’intendance en cadence, à lui donner les moyens de vivre ses démences et de ne se préoccuper de rien. »


Une (des) image(s):






Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s