Une petite douceur – A Mélie, sans mélo – Barbara Constantine

A Mélie, sans mélo

Barbara Constantine

Editions Le Livre de Poche


Ma lecture

Mélie attend sa petite fille Clara pour l’été, c’est la première fois que Clara va passer 2 mois complets avec sa grand-mère. Alors Mélie a décidé de fabriquer de merveilleux souvenirs à sa petite Clara. Fi des résultats d’analyses qui ne sont pas flamboyants, surtout ne pas se préoccuper de ces choses triviales.

« Après le déjeuner, c’est Mélie qui décide du programme.
Hier, par exemple, elles ont passé plusieurs heures à regarder pousser les bambous. Mélie dit que s’ils grandissent de quinze à vingt centimètre par jour, on devrait pouvoir les voir pousser. Elles se sont installées dans des fauteuils, avec de quoi manger, boire, et écouter de la musique. Elles ont écouté La Traviata en entier. Mélie adore la Callas. Pour regarder pousser les bambous, c’est pas mal l’opéra…Il y a juste que, des fois, pour mieux écouter, on ferme les yeux. Et là, c’est possible que ce soit pile le moment où il se passe des choses… »
Comme à son habitude Barbara Constantine nous raconte des tranches de vie. Elle réussit à assembler des faits pas forcément joyeux pour en faire une petite douceur, un vrai feel good book. On se retrouve dans nos étés d’antan quand l’insouciance était le maître mot de nos longues journées estivales. Les baignades dans les rivières, manger les figues sur l’arbre…Enfin toutes ces petites choses qui, misent bout à bout font des souvenirs impérissables.



4ème de couverture

Mélie, soixante-douze ans, vit seule à la campagne. Sa petite-fille, Clara, vient pour la première fois passer toutes les vacances d’été chez elle. La veille de son arrivée, Mélie apprend qu’elle a un problème de santé… Elle verra ça plus tard. La priorité, c’est sa Clarinette chérie !

Mélie, le mélo, c’est pas son truc. Elle va passer l’été (le dernier ?) à fabriquer des souvenirs à Clara. Des rigolos. Comme regarder pousser les bambous en écoutant La Traviata, chanter sous la pluie des chansons de Nougaro, goûter les mauvaises herbes qui poussent le long des chemins. Il y a aussi… le vieux Marcel, qui va apprendre à Clara à faire de la mécanique, Fanette, sa mère, qui va lui trouver un beau-père, Bello, son parrain, qui va agrandir sa bande de filleuls musiciens. Et puis, comme la vie est vraiment dingue des fois, il y a Mélie qui va enfin rencontrer le grand amour… Cent cinquante ans à eux deux ? Mais quand on aime, on ne compte pas !

Défi lecture 2017, catégorie 18 : un livre qui parle de personnes agées.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s