Identité – La colline aux esclaves – Kathleen Grissom – Charleston

1791 – Lavinia 6 ans arrive à la plantation du Capitaine Pyke en  Virginie. Débarquée de son Irlande natale, elle est propulsée dans un monde qui lui est totalement étranger. Afin de payer son passage, le Capitaine Pyke la laisse sous la responsabilité de Belle, sa fille naturelle née d’une esclave. Sa dette sera définitivement réglée a ses 16 ans.

Lavinia va alors se découvrir une nouvelle famille, qui la protégera, l’aimera aussi fort que si elle était des leurs. Mais en grandissant elle va découvrir les inégalités, la haine de l’autre, la violence faite aux hommes et femmes qui ne sont pas nés blancs.

A partir du moment où je l’avais rencontré, ma seule requête aux jumelles, tous les matins, était d’aller voir Ben.
Les filles se moquaient de moi et, quand Belle surprit notre conversation, elle demanda:
– Ben te plaît ?
Même si j’étais gênée, j’acquiesçai. Elle me sourit, pour la toute première fois.
– Au moins tu as bon goût, fit-elle simplement.

A la mort du Capitaine, la famille de son épouse va emmener Lavinia vivre avec eux à Williamsburg.

La vie de Lavinia va se dérouler à la limite entre deux sociétés, pour elle qui ne fait pas de différence entre les couleurs de peaux. A ses yeux les être humains sont égaux. Parfois avec sa grande naïveté elle va tomber de haut. Ne sachant où se situer dans ce monde, c’est avec un grand espoir qu’elle revient au domaine en tant qu’épouse du maître des lieux, le fils du Capitaine Pyke, personnage sombre et cachant bien des secrets. Avec ce retour elle espère retrouver sa famille et sa vie de quand elle était petite fille.

La position de Lavinia est un peu schizophrénique, pour elle Mama Mae, Papa Georges,  Baettie et Fanny les jumelles, Ben et Belle sont sa famille, au même titre que Madame Martha (la maîtresse de maison), Marshall son futur époux.

Plus d’une fois j’ai eu envie de lui crier : Non ! Lavinia ne fait pas ça ! tellement sa naïveté pouvait prendre le dessus a certains moments.

Au travers du récit de Lavinia, et de celui de Belle, à la manière d’un roman choral, ce roman met en lumière la difficulté d’être quand on se situe à la frontière de deux mondes. Des personnages, sombres, humains, avec leurs folies, leurs espoirs. Leurs dévouements, leurs peurs.

 

4ème de couverture :

États-Unis, 1791. Après avoir perdu ses parents lors de la traversée de l’Atlantique, Lavinia, une jeune Irlandaise âgée de 7 ans, se retrouve domestique dans une plantation de tabac pour rembourser son passage. Placée avec les esclaves de la cuisine, sous la protection de Belle, fille naturelle du maître, Lavinia apprend à faire le ménage et le service, guidée par l’amour et la force tranquille de sa nouvelle famille. Cependant, malgré tous ses efforts, elle ne peut faire abstraction de sa peau blanche et pénètre peu à peu dans l’univers de la grande maison. Lavinia parviendra-t-elle à chevaucher deux mondes que tout oppose ?

 

Défi lecture 2017 – Catégorie 76 : Un titre qui évoque les droits de l’homme bafoués.

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s